Mon examen du DET au Conservatoire – Création chorégraphique libre d’un ote’a sur une musique imposée – Vidéo : Matahi (CAPF).

Mon examen du DET au Conservatoire – Danse de création, ma chorégraphie

Mon examen du DET au Conservatoire – Danse de création, ma chorégraphie – Vidéo : Matahi (CAPF)

Publiée par Natalia Louvat sur Mercredi 18 juillet 2018

 

Voici mon thème, un récit de fiction.
Adaptation en reo Tahiti : Kura Ellis & Jacquot Tiatia

VAIHIRIA e purotu ‘oia no Rairoa e amo ato’a ‘oia te i’oa ‘o Tiputa te ‘ava o tona ‘oire.
Vaihiria était une jeune fille de Rairoa qui portait le nom de la passe de son village : Tiputa*
‘Ua riro tona ‘ito’ito e tona pu’ai mai te ‘opape no te ‘ava ra o Tiputa.
Son caractère était impétueux comme le courant de la passe
Mea here roa nana te ‘ohipa tautai na roto i te moana e ite a’au.
Elle aimait pêcher dans le lagon et le long des côtes.
Mea here ato’a ‘oia i te fa’aro’o i te himene o te mau manu o te tai.
Elle aimait écouter le chant des oiseaux de mer
Nehenehe o Vaihiria e haere na te mau vahi ato’a,
Elle pouvait aller partout
eiaha ra i tua i te fenua opanihia (tapu).
Sauf au large de la terre fermée (tabou)
I reira e taora oia i tana matau ma te tiaturi e ‘amu mai te i’a.
Elle lançait son hameçon en espérant qu’un poisson morde
E hopu ato’a o Vaihiria no te haere e pa’imi i te pupu.
Vaihiria plongeait aussi pour chercher des coquillages
I taua mahana ra, te mata’ita’ira o Vaihiria i roto i te hohonu o te moana, te ‘uo’uo o te one.
Ce jour là, Vaihiria prospectait dans les profondeurs du lagon de sable blanc
E tura’ihia o Vaihiria na te opape e piri atu i te moana tapu.
A cause du courant, Vaihiria dériva en s’approchant des eaux interdites
I te reira taime, hitima’ue atura oi’a i te itera atu i te ho’e mea purapura mau,
Soudain son regard est attiré vers une brillance
oi’a ho’i e parau nehenehe mau tana i ite.
En effet c’est la plus belle nacre qu’elle ait jamais vue
No te ono ono a Vaihiria, ‘ua fari’i te parau ia ravehia ‘ona na teie purotu
Elle résiste à Vahiria, puis finit par céder à la jeune fille
Rave atura Vaihiria tapi’i atura i te parau i ni’a i tona mafatu.
Vahiria emporte la nacre en la serrant sur son cœur
Haere atura i roto i tona va’a no te ho’i atu ma te rave atu i te ava no Tiputa.
Elle remonte dans sa pirogue pour rentrer vers la passe de Tiputa
E te hi’o noa atura i tana parau ma te mata me ‘ahi.
Elle regarde sa nacre avec des yeux admiratifs
I te reira taime, ‘ua fa mai te mata’i to’eto’e
A ce moment se lève un vent froid
‘e te tapo’ipo’ira te ata,
Le temps se couvre de nuages
no te pu’ai o te mata’i amo atura hia te va’a,
la force du vent soulève la pirogue
e ‘ohu atura ‘oia i ni’a i te aore.
Elle tournoie dans les airs
‘Ua fa’aro’o atura Vaihiria te varua o te mata’i i te hiora’a e te paraura’a mai :
Vaihiria entend l’esrit du vent qui siffle et chuchote et lui dit
‘O vai ‘oe i tomo mai e i ni’a i te fenua o Tutepoganui ?
Qui es-tu pour avoir pénétré le domaine de Tute poganui ?
no te ‘aha ‘oe i rave ai i te ho’e parau ?
Pourquoi as-tu volé une nacre ?
No te ri’ari’a o Vaihiria ‘ua ite ‘ona e ‘ohipa te tupu,
Vaihiria est affolée, elle sent quelque chose l’envahir
‘ua vaiho ‘ona ia reva ‘oia i roto i te ra’i
Elle se laisse porter dans les airs
ma te tape’a ma’ita’i te parau i ni’a i tona mafatu.
En serrant sa belle nacre sur son coeur
I taua taime ‘ua mau roa te mata’i,
A ce moment, le vent s’arrête
e te atea noa atura te patiri.
Et le tonnerre s’éloigne
Te otu’itu’i pu’ai noa ra te mafatu o Vaihiria
Le cœur de Vaihiria bat très vite
i taua taime ra ‘ua ho’i mai te varua o Vaihiria,
Alors elle reprend ses esprits
mea manina mau te miti,
La mer devient calme
e hi’o atura ‘oia i te parau.
Elle regarde la nacre
Fa’aro’ohia te reo Tutepoganui i te tura’ira’a atu te maniania o te ra’i.
On entend la voix de Tutepoganui qui chasse les derniers grondements
Parau atura ‘oia :  » Vaihiria te hina’aro nei au ia parahi mai ‘oe,
Il lui dit ceci : « Vaihiria, je te veux près de moi
i reira nehenehe au e fa’amata’ita’i ia ‘oe i te ruperupe o te hohonura’a
o te moana. »
Ainsi tu pourras découvrir les beautés des profondeurs »
Pu’ai fa’ahou mai nei te mata’i,
Le vent se relève
ta’iri mai nei te hu’a miti i tona papari’a.
l’écume fouette ses joues
Fa’a’otehia atura tona va’a na te ho’e ‘iripoa,
Un tourbillon aspire la pirogue
mo’e roa atura Vaihiria i roto i te po’iri o te ho’e apo’o pape.
Vaihiria disparait dans le trou d’eau
Te mo’e noa atura te rima o Vaihiria,
Ensuite ce sont les mains de Vaihiria qui disparaissent
tauira’a huru te tino o Vaihiria,
Puis son corps se transforme
e’ere fa’ahou ‘oia ei ta’ata,
Elle n’est plus humaine
‘ua riro ‘oia ei parau nehenehe ruperupe no te moana a hiva.
Elle est devenue la plus belle des nacres de l’océan.

*Hiria, nom que donnait mon arrière-grand-père Nelson Oopa à la passe de Tiputa.